On vous aide à créer une routine beauté sur mesure pour votre maman!

Décrypter et comprendre la liste INCI

liste-inci-clean-cosmetiques

Aujourd'hui, nous sommes nombreux à se méfier des produits cosmétiques et de leurs compositions ; manque de transparence, greenwashing, ingrédients controversés... Nous faisons de plus en plus attention à la provenance et à la qualité des ingrédients présents dans nos cosmétiques. Mais dans cette jungle, commment faire le tri? Comment comprendre la composition de nos cosmétiques? Bref, comment y voir plus claire et consommer en connaissance de cause?

Dans cet article, je te propose une aide qui te permettra d'y voir plus claire et notamment de mieux comprendre ce qui cache sur la liste INCI de tes cosmétiques! 

Commençons donc cet article par le début!

Secrets de l’étiquette : La LISTE INCI!

La liste INCI est une abréviation pour “International Nomenclature of Cosmetic Ingredients” (en français : Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques) et a été conçue en 1973.
Elle est obligatoirement située sur l’emballage et répertorie tous les ingrédients qui composent le produit cosmétique.

Cette nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques référence plus de 16 000 ingrédients et son objectif est de renseigner le consommateur quant à la composition des produits. Elle doit aussi nous permettre de repérer les composés potentiellement allergènes. 

Malheureusement, lire et comprendre une liste INCI n’est pas chose simple, il faut bien le reconnaître. De l'anglais, du latin, des noms parfois barbares... Il y a de quoi s'arracher les cheveux! Pourquoi cette difficulté ? Tout simplement car cette liste est obligatoire dans différents pays et de ce fait, le nom des ingrédients est harmonisé, d'où la présence de termes en latin, anglais ou numérique.

Comment se présente la liste INCI?

La liste INCI est donc la liste des ingrédients qui compose ton cosmétique. Comme indiqué au dessus, la liste est obligatoire donc si tu ne la trouves pas, tu peux fuir la marque! Commençons par les termes en latin!

 Les termes latins 

  • Il sont réservés aux extraits de plantes qui proviennent des fleurs (flowers), graines (seed), feuilles (leaf), fruits (fruit) ou encore de leurs peaux. Sur la liste INCI, le nom de la plante sera inscrit en latin, il peut être suivi de son nom commun, et sera suivi du type d’extrait en anglais. Par exemple, l'hydrolat de lavande est nommé “Lavandula angustifolia flower water”   ou l'huile de graines de tournesol ;"Helianthus annuus seed oil"

Les termes en anglais

  • Ils sont utilisés pour les noms de composés chimiques et pour les ingrédients minéraux. Attention, le fait que l’ingrédient soit considéré comme “chimique” ne signifie pas qu’il est d’origine synthétique, mais qu’il résulte d’une réaction chimique.

Les autres termes

  • Par convention, les ingrédients parfumés sont regroupés sous le terme “parfum”.
     
  • Les colorants sont quant à eux désignés par un “Colour Index” : “CI” suivi de 5 chiffres qui décrivent la teinte du pigment. Ce code est employé aussi bien pour les colorants minéraux que les synthétiques.
     
  • Les allergènes : en cosmétique, le terme “allergène”, toujours signalé par un astérisque (*) dans la liste INCI, représente une substance considérée comme potentiellement allergisante pour la peau. Le Règlement Cosmétique européen a listé 26 substances connues comme potentiellement “allergènes” dans l’annexe III. Elles doivent apparaître dans la liste INCI à partir d’un certain seuil :
    • > 0.001 % dans un produit non rincé, comme une crème corps

    • > 0.01% dans un produit rincé, comme un shampooing

      Le règlement CE 1223/2009 établit lui que : "Un certain nombre de substances ont été identifiées par le CSSC (l’Observatoire des Cosmétiques) comme susceptibles de provoquer des réactions allergiques et il est indispensable d’en limiter l’utilisation et/ou d’imposer certaines conditions concernant lesdites substances. Afin de veiller à ce que les consommateurs soient informés d’une manière adéquate, la présence de ces substances devrait être indiquée dans la liste des ingrédients et l’attention des consommateurs devrait être appelée sur la présence de ces ingrédients.”

Comment lire cette liste? 

Il faut savoir que les pourcentages des ingrédients ne sont pas indiqués dans la liste INCI pour des raisons de confidentialité.
Pour connaître l’importance d’un ingrédient dans la composition d’un produit cosmétique, il vous suffit de regarder son ordre d’apparition dans la liste.
Les ingrédients sont ordonnés de manière décroissante, c’est-à-dire que les ingrédients présents en grande quantité dans le produit cosmétique apparaissent en premier. Plus un ingrédient est bas dans la liste INCI, moins son pourcentage est important dans la formule du produit.
Lorsque la liste est longue, il faut savoir que les 4-5 premiers ingrédients représentent environ 70% de la composition.
Pour tous les ingrédients présents en faible quantité, à savoir inférieure à 1%, la réglementation permet de les inscrire dans le désordre.

Il faut donc retenir que l’ordre dans une liste INCI a son importance et est un indice important pour les consommateurs.

Les ingrédients à bannir!

  • Les dérivés pétrochimiques :

    • Les huiles minérales, elles s’utilisent en cosmétique dans les crèmes hydratantes et baumes à lèvres pour apporter du gras. Elles sont énormément employées dans l’industrie comme lubrifiants mécaniques ou huiles de moteurs. Ces substances sont controversées car elles présentent un risque de contamination aux hydrocarbures, avec un potentiel cancérigène. Étant issues du pétrole et de l’industrie pétrochimique, leur fabrication a un impact négatif sur l'environnement. La plus connue est l’huile de paraffine. On les retrouve sous les termes : Paraffin, Petrolatum, Petrolatum jelly, Mineral Oil, Paraffinum Liquidum, Cera Microcristallina, Ceresin, Ozokerite, Polyisobutilene, Synthetic wax, Hydrogenated polyisobutene …

  • Les silicones, ingrédients totalement synthétiques, sont utilisés pour apporter du glissant et un toucher particulièrement doux. On les retrouve principalement dans les produits capillaires, le maquillage et les soins visage et corps. Ils sont décriés pour leur faible degré de biodégradabilité et leur toxicité dans les milieux aquatiques. Au niveau santé, les silicones peuvent s'avérer cancérigènes et une sorte de silicone, le dimethicone est suspecté d’être un perturbateur endocrinien. Ils se reconnaissent via leur nom INCI qui finit en -one ou en -ane : cyclohexasiloxane, cyclomethicone, cyclopentasiloxane ...

  • Les PEG (polyéthylènes glycols) et PPG (propylènes glycols) sont décriés car synthétiques et fabriqués par éthoxylation, un procédé chimique utilisant de l’oxyde d’éthylène, une molécule très polluante. Ils sont utilisés en tant qu'humectants pour hydrater la peau et les cheveux, en agents tensioactifs ou en émulsifiants.

  • Les sulfates sont des tensioactifs utilisés dans les produits de nettoyage : gel douche, shampoing, nettoyant visage… Ils ont un fort pouvoir moussant, ils permettent de donner aux produits une texture agréable et ils sont peu chers. Ils sont critiqués pour leur potentiel irritant et desséchant pour la peau, lié à leur fort pouvoir nettoyant qui a tendance à décaper. Vous les retrouverez sous les noms de sodium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate, ammonium lauryl sulfate.

  • Les conservateurs, ils sont utilisés pour protéger les produits cosmétiques des proliférations bactériennes et microbiennes.

  • Les parabens, ils ont pour avantage d’être faiblement allergisants et d’être très efficaces. Ils sont classés suivant la longueur croissante de leur chaîne alkyle : Methylparaben, Ethylparaben, Propylparaben, Butylparaben, qui est directement reliée à leur activité endocrinienne et leur toxicité. Plus celle-ci est longue, plus le parabène est potentiellement dangereux. Les plus sûrs sont donc les Methylparaben et Ethylparaben.

  • Le phénoxyéthanol est un éther de glycol fabriqué de manière synthétique et issu du pétrole. Il est pointé du doigt car facilement absorbable par la peau et est avéré toxique pour le foie et le sang. De plus, il présente des risques cancérigènes, d’infertilité masculine et de toxicité pour le fœtus. Enfin il a un potentiel allergisant pouvant provoquer de l’eczéma et de l’urticaire. Son utilisation est limitée à 1% dans les produits cosmétiques. Cependant en utilisant plusieurs produits cosmétiques au cours de la journée, vous pouvez facilement vous appliquer une dose supérieure à celle limite.

  • Le triclosan est un conservateur à large spectre, c’est à dire qu’en faible quantité il est actif sur beaucoup de bactéries et de microbes. Il est décrié car il peut provoquer une résistance à des bactéries, comme c’est le cas pour les antibiotiques. Son utilisation dans les produits cosmétiques est donc trop puissante pour une utilisation quotidienne. La réglementation cosmétique autorise son utilisation jusqu’à 0,3% dans certains types de produits (dentifrices, savons, déodorants en stick) et l’interdit dans les produits non-rincés suite au règlement 358/2014. Cependant, cette molécule reste dangereuse car non biodégradable et perturbateur endocrinien. Elle s’accumule dans l’environnement et perturbe le développement de la faune et de la flore, particulièrement en milieu aquatique.

  • Le MIT (Methylisothiazolinone) et le MCIT (Methylchlorothiazolinone) sont des isothiazolinones, des molécules à propriétés biocides, très souvent utilisées de pair. Leur essor s’est fait juste après le bad buzz des parabènes afin de trouver des remplaçants à ces conservateurs mis sur le ban. Malheureusement ils sont réputés très allergisants alors qu’ils sont utilisés à très faibles doses. En 2012 la MIT est interdite dans les produits non-rincés. Et depuis 2017, le règlement cosmétique 2017/1224 a restreint l’utilisation du MIT à 0,0015% dans les produits rincés.

  • Les sels d’aluminium. On les retrouve grâce à la présence du mot “aluminum” ou “alum”. Les plus répandus sont : Ammonium alum, Sodium alum, Aluminum chloride, Aluminum chlorohydrate… Ils sont présents particulièrement dans les déodorants car ce sont des actifs anti-transpirants qui régulent la sudation en bloquant les pores de la peau. Les sels d’aluminium auraient des effets néfastes sur la santé. Ils sont suspectés perturbateurs endocriniens et cancérigènes, notamment ils pourraient provoquer des cancers du sein et la maladie d’Alzheimer. À ce jour aucune étude n’a confirmé ces hypothèses. Attention, la pierre d’Alun, reconnaissable au nom INCI “Potassium Alum“ est aussi un aluminium. Son origine naturelle ne change en rien son activité et ses effets néfastes suspectés.

  • Le benzophénone est une famille de molécules ayant pour activité d’être un filtre anti-uv et protecteur pour les formules cosmétiques. Il est présent dans les déodorants, les parfums, le maquillage, et les produits solaires. Il est déconseillé car il est suspecté d’être un perturbateur endocrinien. On le retrouve sous les noms de Benzophenone, Oxybenzone, Ethylhexyl methoxycinnamate ...

  • Le BHA (Butylhydroxyanisole) et le BHT (Butylhydroxytoluène) sont des antioxydants synthétiques utilisés dans les produits contenant des matières premières grasses pour éviter leur rancissement. On les retrouve souvent dans les baumes à lèvres et les savons surgras. Ils sont allergisants et sont suspectés d’être perturbateurs endocriniens et toxiques pour le foie, les reins, les poumons. Il n’existe cependant pas de restriction dans la réglementation. Seuls les produits cosmétiques certifiés biologiques interdisent leur utilisation. On les retrouve aussi en tant qu’additifs dans les produits alimentaires.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,